Partenaires

Un temps sans cadre, un logement reconverti en bureau individuel et/ou familial… Pour prendre vos marques et continuer à travailler sur votre thèse, n’aimeriez-vous pas aimer avoir un coach? Qui plus est gratuit?

Comment rédiger sa thèse en temps de coronavirus?

En ces temps de confinement, il est vital d’avoir un cadre. Trop de temps est angoissant, et on finit par ne rien faire. Ou bien, si on a une famille chez soi, on risque de se faire absorber par les autres et de délaisser son projet de thèse.

Imaginez que, pendant tout ce temps de confinement, quelqu’un vous aide à atteindre vos objectifs, vous soutienne, vous encourage, vous coache – et ce gratuitement. C’est l’idée de l’accountability partner.

Qu’est-ce qu’un accountability partner ?

Un accountability partner (en français : un partenaire d’engagement, ou un partenaire de responsabilisation. Ne trouvant pas d’expression appropriée, je garderai le terme anglais) est quelqu’un qui vous aide à mener à bien un projet.

Vous en avez peut-être fait l’expérience : il est plus facile de faire votre jogging tous les jours si vous le faites à deux : une personne amie, je l’appellerai votre partenaire, vous attend, vous ne pouvez pas vous défier, vous ne voulez pas décevoir, vous vous sentez responsable également, car si vous ne venez pas, votre partenaire n’ira peut-être pas courir non plus.

Par conséquent, vous faites votre jogging régulièrement. Cette personne est votre accountability partner .

Si ça marche pour le jogging, pourquoi pas pour la thèse ?

En effet, un accountability partner peut vous aider à garder le cap dans votre travail – et particulièrement  en ce moment de confinement.

Car c’est une situation qui exacerbe la confrontation avec soi que représente la rédaction d’une thèse.

C’est une situation où, sans cadre, on risque de perdre ses journées à regarder des séries et, si le confinement dure trop longtemps, de décrocher.

Si rédiger sa thèse en temps « normal » est une gageure, en temps de coronavirus, ça exige une auto-discipline qu’on n’a pas forcément apprise.

Lorsque vous rencontrez des distractions (inévitables), des obstacles apparemment insurmontables,  lorsque vous doutez de vos capacités à mener à terme votre projet, votre accountability partner est là pour vous soutenir.  Pourquoi? Parce que vous l’aidez en retour.

Particulièrement le moment de rédaction de la thèse est un travail de grande solitude. Avec votre accountability partner , vous sortez de l’isolement : vous pouvez partager vos joies et vos douleurs, réfléchir sur vos difficultés, trouver des solutions – deux cerveaux pensent mieux qu’un !

Enfin, votre partenaire vous aide – en vous obligeant moralement – à tenir vos objectifs : en effet, des objectifs qu’on se donne à soi-même sont plus difficiles à tenir : il n’y a personne pour contrôler si on les a tenus ou pas.

Alors que s’ils sont rendus publics, ces objectifs ont un caractère contraignant.

Ma succes story

Il y a quatre ans, je participais à un atelier d’écriture en ligne de 14 jours. Le titre – qui était aussi le défi de l’atelier – était Rédiger 1000 mots par jour.

La première tâche consistait à trouver un accountability partner dans le groupe. J’ai trouvé Susanne.

Chaque jour, elle m’envoyait son texte et je lui envoyais le mien – nous ne les envoyions pas tant pour les faire lire que pour montrer chacune que nous avions fait notre devoir.

Alors que la première semaine, mon écriture avait été fluide, la seconde m’a posé problème.

Car la première semaine, j’étais chez moi. Mais ensuite, il m’a fallu aller à Paris pour y animer un atelier d’écriture pour doctorants.

Animer un atelier d’écriture sur six heures est prenant. Je n’avais pas le temps d’écrire quoi que ce soit pendant la journée.

Chaque soir, j’étais sur le point d’abandonner.

Mais je savais que si je n’envoyais pas mon texte ce jour-là, Susanne n’enverrait pas le sien le lendemain.

Ce serait l’échec de notre coopération.

Mais je serais en outre coupable d’avoir laissé tomber ma partenaire – et, dans le pire des cas de provoquer l’échec de son projet de livre.

Donc, à 21 heures, une fois restaurée et reposée, j’écrivais mes 1000 mots et les envoyais.

À la fin de l’atelier d’écriture, chacune de nous avait écrit quelques 10 000 mots.

Ce qui importe ici, ce n’est pas la quantité de mots produits, mais le fait que nos projets étaient achevés : elle avait rédigé une série d’articles pour son blog.

Moi, j’avais enfin rédigé le script de ma formation en ligne Rédigez votre thèse (qui était dans les cartons depuis des années).  

4 règles pour un partenariat réussi

Si vous avez du mal à trouver un rythme de travail régulier en cette période de confinement, si vous avez le sentiment de stagner, travailler avec un  accountability partner va vous aider.

La création d’un tel partenariat est très simple. Mettez toutes les chances de votre côté en appliquant quelques règles de base.

1.  Avoir confiance

Trouvez quelqu’un en qui vous avez confiance.

Votre partenaire ne doit pas être en concurrence avec vous. Sinon vous ne pourrez pas vous entraider de manière désintéressée.

2.  Avoir une motivation réelle

Assurez-vous que cette personne est vraiment motivée pour réaliser son projet à elle – rien n’est plus décourageant que quelqu’un qui trouve toujours des excuses pour ne pas avoir fait ses devoirs.

3. Etre sur un pied d’égalité

Trouvez une personne avec laquelle vous êtes sur un pied d’égalité. Cette personne ne doit pas être votre chef ou avoir une quelconque autorité sur vous : vous devez pouvoir partager vos angoisses, reconnaître vos échecs et vous soutenir mutuellement sans crainte du jugement de l’autre ou sans subir l’emprise de l’autre.

4.  Avoir un projet concret

Votre partenaire peut être en quelqu’un qui prépare une thèse, mais ce n’est pas une condition sine qua non : vous pouvez tout aussi bien travailler avec une personne ayant un tout autre projet que vous – ce qui importe, c’est qu’elle ait un projet à long terme et qu’elle soit motivée à travailler dessus.

Donnez-vous un cadre clair

Décidez ensemble de la manière dont vous voulez travailler.

Surtout au début, quand on cherche ses marques, on peut avoir tendance à se perdre dans des bavardages inutiles, à perdre son temps et par conséquent à se décourager.

1.  Déterminez le rythme de vos rendez-vous

A quelle fréquence voulez-vous vous parler – ou vous envoyer un texto : une fois par jour ? Plus?

2.  Déterminez l’heure de vos rendez-vous

Vous pouvez vous retrouver par exemple à 8 h du matin pour fixer les objectifs de l journée et à 18 h pour faire le point.

3.  Déterminez la durée de vos rendez-vous

Si vous prévoyez une réunion, définissez-en la durée : 5 minutes? 30? Ici le time boxing, c’est-à-dire une plage de temps bien définie,  peut vous aider : ce sont des réunions de travail – si vous avez envie ensuite de bavarder, libre à vous. Mais ce qu’il faut éviter, c’est que le bavardage serve à masquer des difficultés à tenir vos objectifs voire vous empêche de travailler.  

4.  Définissez vos objectifs

Il est important que vous vous fixiez des objectifs pour la journée, mais aussi pour la semaine.

A ce sujet, la formule SMART peut vous aider à les fixer de façon réaliste.

Bien sûr, ce cadre peut être modifié. Néanmoins, au début, avoir une structure vous aide à progresser de manière constructive sans perdre de temps en conversations inutiles.

Trouvez votre accountability partner dès aujourd’hui!

Si vous avez l’impression de stagner, si vous avez du mal à trouver un rythme de travail en cette période de confinement, n’attendez plus : trouvez votre accountability partner et commencez à travailler ensemble.

Vous constaterez rapidement une amélioration de la structuration de votre journée de travail : vous apprendrez à décider des priorités, à délaisser le superflu, et surtout vous trouverez de la motivation à faire ce que vous avez décidé.

Partagez vos expériences ci-dessous, elles seront sans doute utiles à d’autres personnes confinées !

  • 21/03/2020

Leave a Reply 2 comments