votre these a un objectif

L’objectif est indispensable pour rédiger votre thèse : c’est lui qui vous donne le cap. C’est en fonction de lui que vous trierez le matériel et que vous structurerez votre plan. Ne vous aventurez pas dans la rédaction sans objectif. Cet article vous explique pourquoi.

L’objectif est le moteur de votre thèse

Sans objectif, par où commencer?

La fuite en avant

Gédéon doit rédiger sa thèse.

Il ne sait pas par où commencer. Qaund il ouvre son dossier d’articles, il attrape le vertige et le referme aussitôt.

Il se dit qu’il ferait mieux de continuer à lire, car s’il ne sait pas par où commencer, c’est qu’il lui manque des informations primordiales.

Donc Gédéon, qui prépare sa thèse consciencieusement depuis 4 ans, se remet à chercher, à lire, à prendre des notes.

Quand je lui demande ce qu’il cherche, il ne sait pas trop. Je ne sais pas par où commencer.

Le problème de Gédéon, ce n’est pas qu’il n’en sait pas encore assez.

Il en sait trop. Il a trop de matériel accumulé dans son ordinateur.

Alors, plutôt que de le ranger, il préfère botter en touche et continuer de rempllir son ordinateur d’articles et sa tête d’idées.

Il travaille – Gédéon est un bosseur.

L’objectif : une lanterne

Oui Gédéon… je te regarde travailler. Mais tout ce travail, c’est pour quoi faire ?

Je ne sais pas par où commencer. Je cherche.

– Gédéon, quel est ton objectif ?

Mon quoi ?

L’objectif de ta thèse.

– Hein ?

L’objectif de ta thèse : tu cherches, tu cherches, mais pour atteindre quel objectif ?

Cette fois, pas moyen pour lui de s’échapper : nous étions en voiture et c’est moi qui conduisais.

Nous avons mis deux heures à mettre des mots sur l’objectif de sa thèse. Pour formuler une phrase : l’objectif de ma thèse, c’est …

Une petite phrase… mais quelle phrase ! Soudain tout s’illuminait. Comme si la lumière s’était allumée dans l’obscurité, il voyait maintenant sa thèse.

En effet, une fois qu’il a pris conscience de son objectif, il a commencé le récit du cheminement qu’il pensait suivre pour l’atteindre. Soudain Gedéon avait un plan!

Cette histoire, je l’ai vécue des centaines de fois. Rarement dans ma voiture, très souvent en formation.

Et chaque fois avec le même émerveillement. Car quand la personne tient son objectif, le vrai, alors tout change : son attitude, sa voix, son regard.

C’est une métamorphose qui s’opère – entre le début, la crainte, le sentiment d’être perdu, de ne pas y arriver; et puis le moment où soudain la personne sait où elle veut aller. Toutes ses forces semblent se rassembler en un point, elle est décidée, elle prend de l’assurance.

L’objectif est le moteur de l’action

J’ai eu la chance, en 2ème année de fac (j’ai fait des études de philosophie), d’avoir  pour professeur Henri-Bernard Vergote.

Toutes les semaines il nous répétait : l’objectif est le moteur de l’action.

Sans objectif, pas d’action. Sans objectif, vous êtes peut-être actif, mais vos forces sont dispersées et vous vous épuisez, comme le faisait Gédéon avec ses lectures sans fin.

Alors qu’un objectif clair vous permet de concentrer toutes vos forces vers un seul point : celui que vous voulez atteindre.

Il n’est pas de vent favorable à celui qui ne sait où il va.

Sénèque

Si vous voulez rédiger votre thèse, fixez votre objectif avant de commencer.

Déterminer votre objectif avant de commencer vous est utile à plus d’un titre. En effet, tout ce qui ne vous permet pas d’atteindre votre objectif peut être écarté d’emblée :

  • les idées, même géniales, que vous avez
  • les découvertes, même les plus passionnantes
  • les notes que vous avez prises sur le terrain, lors de vos lectures ou de conférences
  • les articles qui s’accumulent dans vos dossiers…

Toutes ces richesses ne sont pas perdues : vous n’avez pas travaillé pour rien! Mais la thèse n’est pas le lieu pour les exploiter s’ils ne contribuent pas à réaliser son objectif. Vous pourrez les utiliser pour d’autres communications.

Quand on se propose un but, le temps, au lieu d’augmenter, diminue

Antoine Rivalor

Bref, un objectif clair vous fait gagner du temps :

  • Vous avez des critères pour trier votre matériel.
  • Vous avez une idée du cheminement nécessaire à y parvenir, donc une ébauche de plan.
  • Vous évitez des digressions et du hors sujet.
  • Vous rédigez de manière concentrée et sereine, puisque vous savez où vous allez.
  • Vos progrès sont mesurables à l’aune de cet objectif : vous le voyez se rapprocher au fur et à mesure que vous avancez dans la rédaction.
  • Sachant où vous allez, vous avez une vision d’ensemble claire de ce que doit être votre thèse.
  • Si vous avez du mal à vous motiver, si vous ne savez pas comment vous motiver pour finir votre thèse, considérez votre objectif, regardez-le, notez-le en grandes lettres partout où vous pourrez.

Sans objectif, on va partout

Sans objectif, vous vous égarez, vous vous épuisez, vous gaspillez votre temps…

  • Vous peinez à faire un plan. Comment le confectionner si vous ne savez pas où vous voulez aller?
  • Vous n’avez pas de critère tangible pour choisir le matériel. Vous voulez tout mettre dans votre thèse, au risque de faire exploser les cadres, tant formel que temporel et matériel.
  • Vous faites fatalement du hors sujet. Vous l’avez peut-être déjà vécu : vous écrivez, vous suivez une idée qui vous semble géniale, laquelle en amène une autre, et ainsi de suite – et tout à coup vous ne savez plus de quoi vous vouliez parler…
  • Vous gaspillez votre temps – et par ricochet votre énergie.

Sans objectif, toutes les directions sont intéressantes. Vous n’avez que l’embarras du choix. Comme devant ce panneau : vous pouvez aller partout.

directions
©Deanna Ritchie on Unsplash

Je ne veux pas d’objectif, je ne veux pas me fixer

Je connais des doctorants qui contemplent les différentes options qui s’offrent à eux pendant deux ans, trois ans, incapables de se décider…

Certains ne peuvent pas se décider. D’autres refusent de décider. Je ne veux pas me fixer. Si je me donne un objectif, ça va me limiter.

C’est compréhensible : on est passionné par son sujet, on est ambitieux, on veut tout comprendre, tout explorer, tout maîtriser.

Refuser de se donner un objectif en première année est tout à fait acceptable : quand on ne sait pas vers où on veut aller, quand on a l’impression d’avoir toute la vie pour préparer sa thèse, on peut papillonner, toucher à tout.

Mais au plus tard au bout de 18, mois il faut faire des choix. Sinon, on est vite englouti par la masse d’informations, et on finit par se perdre. Et par perdre toute motivation.

Il y a un moment où il faut faire des choix. Prendre des décisions. Fixer un objectif.  

Ceux qui ne savent pas où ils vont sont surpris d’arriver ailleurs.

Pierre Dac

Si vous prenez pas de décision, au prétexte que vous ne voulez pas vous fixer…. probablement que, comme dans la vie, la décision se prendra sans vous : le temps vous l’imposera, ou votre directeur, ou votre budget.

Un moment viendra où il faudra trancher.

N’attendez pas qu’une instance extérieure prenne cette décision : fixez votre objectif. Sachant que tout ce que vous ne pourrez pas explorer dans le cadre de votre thèse n’est pas perdu pour autant : vous aurez encore toute la vie pour des investigations et des recherches sur ce qui vous passionne.

Mais s’il vous plaît, ne compromettez pas votre thèse en refusant de vous fixer un objectif. Ce serait vraiment dommage.

L’objectif met en mouvement

Si j’ai appris une chose vitale à l’université –  pas uniquement pour mes études, mais pour la vie en général – c’est bien cette leçon de M. Vergote : l’objectif est le moteur de l’action.

Et quand je vois combien de doctorants s’échinent sur leurs thèses, et combien la seule définition de leur objectif contribue à structurer leurs pensées, je me demande pourquoi on n’apprend pas une chose aussi vitale que la définition d’un objectif à l’université.

Pour résumer : l’objectif est le tout premier point à clarifier avant de vous mettre à rédiger. Il vous aidera à structurer votre plan, à trier votre matériel et à savoir où vous allez. Et plus encore : vous arrêter une fois que vous l’avez atteint !

L’objectif est ce qui va mettre en branle la machine, vous donner l’impulsion dont vous avez besoin, alimenter la dynamique de votre pensée. C’est véritablement le moteur de votre thèse. C’est lui qui va vous donner la motivation nécessaire, si motivation veut dire Ensemble des facteurs dynamiques qui orientent l’action d’un individu vers un but donné, qui déterminent sa conduite et provoquent chez lui un comportement donné ou modifient le schéma de son comportement présent. 

Vous souhaitez aller plus loin? Rejoignez ma formation Rédigez votre thèse : du chaos des idées au texte structuré. Vous y apprendrez à déterminer votre objectif final, bien sûr, mais aussi à élaborer une problématique intéressante, à formuler un message clair, à construire un plan qui mette en exergue tout ce qui fait la valeur ajoutée de votre thèse. Et à passer du plan au texte grâce à des techniques de rédaction simples et de bon sens – tellement simples que personne ne songe à les enseigner!

  • 09/01/2020

Leave a Reply 0 comments