Comment mettre en valeur l’originalité de votre recherche?

Nombreux sont les articles soumis refusés parce qu’ils échouent à montrer l’originalité du travail effectué. Le problème se pose également dans les thèses, obligeant le jury à demander en quoi consiste votre contribution? au candidat. Votre travail est intéressant pour le lecteur dans la mesure où il apporte quelque chose de nouveau, de différent, d’original. Cet article vous aide à mettre ce quelque chose en valeur.

Regardez cette image : des deux disques oranges, lequel est le plus grand ?

©Research grubu

Les deux ont la même taille. Et pourtant, celui de droite semble être beaucoup plus grand que celui de gauche.

Pourquoi ?

Parce qu’il est entouré de disques plus petits que lui. Bien que plus nombreux, ils le mettent en valeur – d’où l’impression de sa grande taille. Au contraire, le disque de gauche est entouré de disques plus grands que lui. Bien que moins nombreux qu’à droite, ils donnent l’impression que le disque central est plus petit.

Cette image montre la relativité de ce qu’on voit.

Cette image illustre aussi à merveille le problème rencontré souvent dans les thèses et les articles scientifiques : le doctorant, échouant à voir ce qui constitue l’originalité de son travail (à moins qu’il doute de son travail) va donner plus de place aux travaux des autres qu’à son propre travail.

Du coup, comme sur l’image de gauche, il donnera l’impression que sa contribution est mineure (voire inexistante).

Il ne s’agit pas de rabaisser le travail des autres, ni d’en citer le moins possible.

Il s’agit de montrer comment et pourquoi ces travaux vous ont donné l’idée du vôtre, ont provoqué votre propre recherche – qui est unique. Vous avez lu beaucoup de textes, certains vous ont nourri, influencé, donné des idées à creuser, à interroger, à remettre en question.

En d’autres termes, il s’agit de rédiger votre travail afin de le faire ressembler à celui de droite.

Comment faire ?  Voici trois questions qui vous y aideront.

1. En quoi consiste l’originalité, ou la nouveauté, de votre travail ?

Notez tout ce qui vous vient à l’esprit, sans rien censurer.

Attention, l’originalité d’un travail n’est pas forcément une découverte révolutionnaire. Personne n’attend de vous la solution miracle qui va sauver le monde.

Mais vous avez fait une recherche personnelle, posé des questions qui vous sont propres, ou trouvé quelque chose de différent, ou abordé le problème d’un point de vue différent – les possibilités sont nombreuses.

Ce qu’il faut trouver, c’est ce qui vous distingue des autres (pas forcément ce qui est mieux ou moins bien. Juste différent.)

En d’autres termes, votre travail constitue une pierre qui va contribuer à la constructin d’un édifice. Cette pierre est importante. Nommez-la, décrivez-la.

Si vous ne trouvez rien, demandez autour de vous : peut-être ne voyez-vous pas l’aspect novateur de votre travail parce que, travaillant depuis longtemps dessus, cet aspect vous semble banal.

Mais pour un lecteur extérieur, il peut représenter quelque chose de tout à fait original et intéressant.

Donc évitez de répondre « rien », car ce n’est pas vrai : même si d’autres font le même travail sur le même sujet, votre travail se distingue du leur : en quoi ?

2. Où allez-vous mettre en évidence cet aspect novateur, original de votre travail ?

Soyez bien conscient de la situation de votre lecteur : c’est, comme vous, une personne pressée, ayant des dizaines de textes à lire sur son bureau sans compter une quantité de tâches à réaliser.

Comment allez-vous l’aider à identifier rapidement ce qui distingue votre travail de celui des autres?

Vous ne pouvez pas mettre une grosse flèche rouge, alors, que pouvez-vous faire d’autre ?

Selon les disciplines, selon votre propre style, vous aurez peut-être envie de mettre en évidence cet aspect novateur dans une illustration.

Ou bien dans une section stratégique – le titre, l’introduction, la conclusion, un chapitre donné, le titre de ce chapitre, ou peut-être est-il dans le message de votre texte – ou ailleurs.

Peut-être aurez-vous envie de le répéter à plusieurs endroits stratégiques? C’est une excellente idée : ainsi un lecteur pressé – ou distrait – qui ne lirait pas tout le texte avec la même attention aurait plus de chances de le remarquer – et de le retenir.

3. Comment allez-vous mettre en évidence cet aspect novateur, original de votre travail ?

Quels mots allez-vous utiliser, quelles expressions, quelles formes, quelles couleurs, quelles illustrations ?

Quels sont les mots-clés qu’un lecteur pressé cherchera en premier lieu avant de décider de lire votre texte (et sans doute décidera-t-il de le lire dans l’espoir d’y trouver quelque chose de différent dans la pile de textes sur son bureau).

Faites un remue-méninge pour rassembler tout ce qui vous vient à l’esprit, vous pourrez choisir les meilleures idées ensuite.

Pour conclure

N’attendez pas de finir votre manuscrit pour réfléchir à ces questions. N’attendez pas la soutenance pour vous entendre demander en quoi consiste l’originalité de votre travail.

Votre travail est intéressant à lire dans la mesure où il se distingue de celui des autres : peut-être par son aspect novateur, par les questions qu’il pose, par les solutions qu’il propose. Trop souvent, lorsqu’on travaille pendant des années sur un sujet, on échoue à voir la particularité de ce qu’on fait : c’est tellement familier que ça semble banal. D’où l’intérêt de demander l’aide d’un regard externe : il vous aidera, souvent, à (re)découvrir les pépites dans votre travail.

En réfléchissant aux trois questions qui précèdent dans l’élaboration de votre plan, vous pourrez préparer une stratégie de rédaction efficace et convaincante.

Je vous souhaite un bon travail!

P.S.: Si vous trouvez cet article utile,  partagez-le autour de vous  !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

  • 02/11/2017

Leave a Reply 16 comments