Pourquoi dresser un bilan annuel quand on rédige sa thèse?

Bilan pour rédaction de thèse

Pour beaucoup, décembre est le mois des inventaires. Et si vous profitiez de l’accalmie de fin d’année pour dresser un bilan de votre année de recherche?

Pour savoir où on va, il faut savoir où on est

Faire un bilan, au moins une fois par an, est primordial quand vous préparez une thèse : tout au long de votre travail de recherche, vous apprenez beaucoup de choses, vous lisez une multitude de textes et ajoutez des textes à lire et des tâches à accomplir sur votre to-do-list.

Il est indispensable de faire une pause pour prendre du recul et analyser ce que vous avez appris et réalisé.

Vous pouvez alors déterminer ce qui vous reste à chercher.

Gertrude : une doctorante le nez dans le guidon

Je me souviens de Gertrude, doctorante venue à ma formation pour rédiger sa thèse.

Pendant quatre ans, elle avait accumulé des expériences et des informations sans jamais prendre le temps de se poser pour faire un bilan.

Au moment de rédiger sa thèse, Gertrude a constaté avec effroi que son sujet initial s’était modifié.

Elle peinait à le reformuler.

La question de recherche initiale elle aussi avait changé.

Du coup, le matériel rassemblé s’avérait en partie inexploitable, alors que du matériel important manquait.

Bref, au moment de rédiger, Gertrude a dû lancer de nouvelles recherches en même temps qu’elle commençait à rédiger sa thèse.

Vous imaginez la suite : la date butoir pour la remise de sa thèse approchait à grande vitesse;  la tension montant, les nouvelles recherches se sont faites dans le stress et le désordre, sans plus aucun temps pour une réflexion critique.

La rédaction de sa thèse est devenue une source d’angoisse et d’insomnies.

Pour couronner le tout, Gertrude était furieuse contre elle-même.

Elle passait son temps à s’auto-flageller (c’est bien fait pour toi, tu es trop nulle, si seulement tu avais….).

Haine de soi, reproches sans fin, désespoir – autant de sentiments négatifs qui tarissent la confiance en soi et le courage dont on a tant besoin quand on rédige sa thèse.

Préparer une thèse efficacement requiert une stratégie

Combien de thèses qui se préparent au petit bonheur la chance, sans aucune stratégie, sans objectifs clairs!

Non seulement on s’éparpille, mais en outre on gaspille du temps et de l’énergie.

Mettez en place une stratégie de recherche – ou, si vous en avez déjà une, prenez un moment pour l’optimiser.

Prenez un moment pour réfléchir en dressant un bilan de votre année 2021.

Il est indispensable, au moins une fois par an, de prendre du recul, d’évaluer ce que vous avez fait et ce qui reste à faire.

En effet, les lectures, les discussions, les expériences  qui remplissent votre année ont une incidence sur votre sujet : peut-être s’est-il modifié, élargi ou au contraire resserré autour d’une question plus pointue qu’au début; peut-être que la formulation de la problématique a changé; peut-être que l’objectif du travail s’est modifié.

Autant de points qu’il convient de reformuler soigneusement.

Car c’est en le reformulant que vous corrigerez, si besoin est, le cap à tenir pour vos recherches …

  • Si l’objectif de votre thèse s’est modifié, il faut le reformuler explicitement pour mener à bien les recherches qui y mènent.
  • Si votre question de départ a évolué, autant la reformuler afin de réduire les recherches inutiles.
  • Si certaines questions nouvelles sont apparues, autant les noter afin de ne pas les oublier.

Six bonnes raisons pour dresser un bilan annuel lorsqu’on prépare une thèse

En dressant le bilan de votre année, vous allez vous poser un moment et prendre du recul sur votre travail.

C’est une tâche qui va vous prendre trois quarts d’heure et qui peut vous aider à gagner des dizaines d’heures de travail.

En effet, en dressant un bilan de votre année, vous allez …

  1. définir des objectifs clairs pour vos recherches
  2. laisser de côté ce qui ne sert pas vos objectif
  3. vous concentrer sur ce qui vous permet d’atteindre vos objectifs
  4. réduire l’éparpillement
  5. organiser votre travail
  6. savoir où vous allez.

Douze questions pour dresser votre bilan

Souvenez-vous bien qu’il ne s’agit pas d’un examen, mais d’un bilan personnel, que personne ne lira sinon vous.

Aussi acceptez que votre texte ne soit pas parfait, que vos réponses ne soient pas parfaites.

Elles vous renseigneront simplement sur l’état de votre recherche à un instant T.

Avant de commencer, quatre conseils…

  1. Faites ce bilan par écrit : écrire vous aide à visualiser vos idées, à faire des liens, à comprendre ce que vous faites. Si vous n’avez pas de journal de bord, c’est un excellent exercice pour en commencer un!
  2. Eloignez toute source de distraction.
  3.  
  4. Donnez-vous  45 minutes et pendant ce laps de temps, ne faites rien d’autre que répondre aux questions ci-dessus (si vous ne connaissez pas le time boxing, c’est le moment de le tester!) .

Votre bilan en douze questions

  1. En ce qui concerne votre thèse, quelles actions, découvertes, prises de conscience vous procurent-elles un sentiment de satisfaction? 
  2. Qu’est-ce que vous avez bien fait? (Soyez honnête avec vous-même : notez tout ce que vous estimez avoir bien fait, même les tâches les plus petites).
  3. Qu’est-ce que vous auriez pu faire autrement?
  4. Comment procéderez-vous la prochaine fois que vous serez dans une situation similaire?
  5. Qu’avez-vous trouvé jusqu’ici ? 
  6. Quelles conclusions tirez-vous de ce que vous avez trouvé?
  7. Que vous reste-t-il à chercher?
  8. Pour répondre à quelles questions?
  9. Quel est l’objectif SMART de votre thèse aujourd’hui?
  10. Quand voulez-vous avoir atteint votre objectif? (En vous donnant une date butoir, vous pouvez  vérifier si votre objectif est réaliste : je ne me donne pas le même objectif si j’ai deux mois ou deux ans devant moi.)
  11. Quels objectifs intermédiaires avez-vous besoin d’accomplir pour l’atteindre?
  12.  Considérez vos objectifs intermédiaires : fixez une date butoir pour les trois premiers – soyez réaliste : quand voulez-vous avoir atteint chacun d’eux?

Que faire de votre bilan?

Datez-le et conservez-le précieusement.

Il vous aidera à structurer vos recherches.

Une fois par trimestre, considérez votre objectif SMART: est-il encore d’actualité? Sinon, corrigez-le.

Continuez à compléter la liste des objectifs intermédiaires et donnez-leur des dates butoir : n’en traitez pas plus de trois à la fois.

Une fois ces trois objectifs atteints, alors passez aux trois suivants : inutile de vous décourager en planifiant trop de choses que vous ne pourrez tenir.

En effet, parmi ces objectifs intermédiaires, beaucoup vont disparaitre, d’autres, nouveaux, vont compléter la liste.

Souvenez-vous que rien n’est écrit dans le marbre : tous ces objectifs vous indiquent des directions à prendre. Vous avez le droit de les modifier si nécessaire!Enregistrer


Je vous souhaite un bon bilan, de bonnes fêtes et une très bonne année 2022!

Subscribe to get the latest updates
>