Valoriser votre travail dans votre thèse : comment faire?

Valoriser sa thse

« En quoi consiste votre contribution? » est une question que le jury pose à la fin de nombreuses soutenances. Or cette question ne devrait pas devoir être posée : la nature de la contribution – ce qui fait l’originalité de la thèse, son importance, sa valeur – devrait sauter aux yeux dès la lecture du titre. Pensez à valoriser votre travail! Cet article vous propose des pistes pour ce faire.

Valoriser son travail est difficile pour beaucoup… Combien de fois ai-je entendu dire dans mon travail, il n’y a rien d’original… Ma thèse est banale… Je n’ai rien d’intéressant à dire… Je ne suis pas légitime…

Et pourtant, quand on gratte un peu ces croyances, on finit toujours par trouver quelque chose…

Souvent même des pépites.

Pourquoi tant de thèses échouent-elles à valoriser le travail effectué?

Votre travail est intéressant pour le lecteur dans la mesure où il apporte quelque chose de nouveau, de différent, d’original par rapport à ce qui a déjà été dit et fait sur votre sujet.

Votre travail est intéressant pour le lecteur par l’importance qu’il revêt au regard de ce qui a déjà été réalisé sur le sujet.

Votre travail est forcément original – vous n’avez pas passé trois ans à recopier uniquement ce que d’autres ont fait avant vous.

N’est-il pas dommage, alors, d’échouer à exprimer cette originalité – pire : à donner l’impression qu’on s’est borné à paraphraser les autres dans son manuscrit de thèse ?

Le résultat final n’est pas le seul intéressant : votre cheminement, votre questionnement, sont tout aussi instructifs pour vos lecteurs.

Et pourquoi pas, les impasses rencontrées – si le récit de celles-ci peuvent éviter à d’autres de reproduire les mêmes expériences pour en arriver aux mêmes non-résultats, croyez bien qu’ils vous en seront reconnaissants.

Dans cette vidéo, je vous raconte l’histoire de Saïd, persuadé que sa thèse était un échec et qu’il n’avait rien à raconter.

Valorsez les limites de votre thèse

D’ailleurs, même un non-résultat peut être un résultat de valeur pour votre lecteur – ne serait-ce que parce qu’il lui épargnera des heures voire des mois de recherches!

Peu de place pour le travail présenté

Certains doctorants attribuent plus d’importance aux écrits des autres qu’à leur propre travail.

Pire : ils confondent thèse et catalogue de références, privilégiant une compilation de textes au détriment de leur propre travail.

Si vous rédigez une thèse, c’est d’abord pour communiquer aux autres votre propre recherche.

C’est elle qui intéresse vos lecteurs.

C’est elle qu’il faut mettre en valeur.

C’est ce qui est vôtre qu’il faut valoriser.

Un jeu de cache-cache

Certains doctorants sont timides, d’autres redoutent la critique.

Dans les deux cas, la stratégie choisie consiste à cacher tout ce qui fait l’originalité de leur travail derrière de nombreuses références.

Pire : certains en arrivent à valoriser les travaux des autres au détriment de leur propre recherche.

J’ai fait une découverte intéressante, mais… je ne veux pas qu’on la voie trop. Je n’aime pas me faire remarquer – m’a dit récemment une doctorante lors d’un atelier d’écriture.

Vous avez le droit de rester humble dans votre texte.

Mais l’humilité ne vous empêche pas de valoriser votre travail.

Vos lecteurs ne sont pas forcément en mesure de jouer à cache-cache et de trouver entre les lignes ce qui fait la valeur de votre travail. Ne serait-il pas dommage qu’ils ne voient pas du tout ce que vous avez fait durant tant d’années?

Le manque de recul

Il existe un troisième cas de figure : le manque de distance par rapport à votre propre travail.

Vous faites un travail original, mais vous travaillez depuis si longtemps sur le sujet que ce qui est original, justement, vous semble banal.

Tellement banal que vous ne pensez pas à le mentionner.

Et vos lecteurs passent ainsi à côté de ce qui est le plus important dans votre travail, ce qui le distingue des autres sur le même sujet.

Votre travail regorge de pépites, et vous ne les voyez pas? Dans ce cas, consultez votre entourage.

Demandez leur avis à vos encadrants et à vos collègues.

Mais en tous cas, avant même de faire votre plan, identifiez ces pépites.

Car ce sont elles qui intéressent votre lecteur.

Pas la compilation de textes qu’il connaît sans doute déjà.

Valorisez ce qui est vôtre, ce qui vous distingue des autres, ce qui est important au regard de ce qui existe déjà dans votre travail.

Trouvez un écrin pour vos pépites!

Qu’est-ce qui fait la valeur de votre thèse ?

Votre thèse n’a pas forcément vocation à être révolutionnaire.

Personne n’attend de vous la solution miracle qui va sauver le monde.

Mais vous avez fait une recherche personnelle, vous avez posé des questions qui vous sont propres. Vous avez trouvé quelque chose de différent, ou abordé le problème d’un point de vue différent – par exemple.

Ce qu’il faut trouver, c’est ce qui vous distingue des autres. Et tout en vous distinguant des autres, ce qui est important dans votre travail.

Ce qui fait de votre travail un travail original, novateur, intéressant.

Qui mérite d’être lu.

En d’autres termes, votre travail constitue une pierre qui va contribuer à la construction d’un édifice.

Cette pierre est importante.

Ne la camouflez pas!

Nommez-la.

Décrivez-la.

Montrez-la.

Mettez-la en valeur.

Donnez-lui de l’importance.

Une place avantageuse dans votre thèse.

Comment valoriser votre travail dans votre thèse?

Soyez bien conscient du fait que votre texte est destiné à être lu par un être humain.

Or cet humain est, comme vous, une personne pressée.

Cet humain a une multitude de choses à faire – et une multitude de textes à lire.

Aidez l’humain à l’autre bout du texte à identifier rapidement ce qui distingue votre travail de celui des autres.

En le mettant en valeur, en lui accordant une place avantageuse, en en montrant l’importance.

Vous ne pouvez pas mettre une grosse flèche rouge, alors, que pouvez-vous faire d’autre ?

Voici quelques pistes.

La revue de littérature : l’occasion de vous positionner

Une partie essentielle pour mettre en évidence l’originalité de votre travail est la revue de littérature – si vous en rédigez une, car toutes les disciplines n’en exigent pas.

Cette revue de littérature se base sur l’état de l’art : vous passez en revue ce qui a été fait par d’autres pour montrer en quoi votre travail est nécessaire.

Par conséquent, une bonne revue de littérature annonce en quoi votre travail se démarque des autres – peut-être pour compléter, pour contester, pour corriger, pour innover.

En bref: votre revue de littérature doit annoncer l’importance et l’originalité de votre travail.

Bien construite, elle est l’écrin qui va mettre en valeur votre travail.

L’introduction : elle montre au lecteur que ce qui l’attend est original et mérite lecture

Que vous rédigiez une revue de littérature ou pas, l’introduction est aussi une section qui vous permet de valoriser votre travail.

L’introduction situe votre recherche dans un contexte scientifique plus large.

Cette contextualisation vous offre une occasion formidable de vous positionner.

Profitez de l’exposition du problème de départ et de la motivation de votre question de recherche pour faire comprendre au lecteur en quoi votre travail est original et mérite toute son attention.

Profitez de l’exposition du problème de départ et de la motivation de votre question de recherche pour valoriser votre travail.

La conclusion : un lieu privilégié pour insister sur ce qui fait la valeur de votre travail

La conclusion générale elle aussi est une section qu’il faut absolument exploiter pour mettre en exergue ce qui fait l’originalité de votre travail.

Cette conclusion comprendra un résumé des points essentiels de votre thèse, une réponse à la question posée en introduction, peut-être une solution ou des pistes de solutions au problème de départ exposé dans l’introduction.

Ce faisant, vous placerez votre travail dans un contexte plus large.

Cette contextualisation vous permettra à nouveau de souligner ce qui fait la différence entre votre travail et celui des autres, et donc de mettre en évidence ce qui fait l’originalité de votre travail.

Je vois trop de conclusions qui se bornent à un résumé de la thèse. C’est dommage de ne pas exploiter cette partie pour valoriser votre travail.

Souvenez-vous que la dernière phrase d’un texte est celle que le lecteur emporte avec lui.

Faites en sorte que cette dernière phrase lui dise combien votre travail a de la valeur!

Rédiger sa thèse : formation en ligne

Le titre : premier contact avec le lecteur

Combien de titres bâclés parce que jamais reformulés depuis le dépôt du sujet.

Le titre constitue le tout premier contact entre votre lecteur et vous.

Suscitez l’envie de vous lire à l’être humain (très pressé par ailleurs) qui aura votre texte entre les mains : dites-lui d’emblée ce qui constitue l’importance, l’originalité – la valeur de votre travail.

Prenez le temps de rédiger un titre qui soit attrayant, qui éveille la curiosité du lecteur – en lui disant ce qu’il y aura de nouveau dans votre thèse.

Exploitez ce moment unique qu’est le titre pour valoriser votre travail.

A l’intérieur du manuscrit, multipliez les occasions de souligner la valeur de votre travail

Ensuite, à l’intérieur du manuscrit, il y a différentes manières de mettre en évidence ce qui dans votre travail est unique, important, à voir absolument.

Si votre discipline admet illustrations, tableaux, graphiques, profitez-en pour montrer dans l’un ou l’autre ce qui fait la valeur de votre travail : un lecteur pressé va d’abord feuilleter votre thèse et son regard sera accroché par les images.

Alors faites parler ces images pour lui montrer la valeur de votre travail.

D’autre part, les sections de votre thèse qui parleront de ce qui fait originalité et l’importance de votre travail devront être repérables par un auteur pressé : donnez-leur des titres parlants.

Mettez des mots sur ce qui est vôtre

N’attendez pas de finir votre manuscrit pour réfléchir à ce qui distingue votre travail de celui des autres.

N’attendez pas de terminer pour vous demander ce qui fait la valeur de votre travail.

N’attendez pas la soutenance pour vous entendre demander en quoi consiste votre contribution – soit en quoi consiste l’originalité de votre travail.

Votre travail est intéressant à lire dans la mesure où il se distingue de celui des autres : peut-être par son aspect novateur, par les questions qu’il pose, par les solutions qu’il propose.

Trop souvent, lorsqu’on travaille pendant des années sur un sujet, on échoue à voir la particularité de ce qu’on fait : c’est tellement familier que ça semble banal.

D’où l’intérêt de demander l’aide d’un regard externe : il vous aidera, souvent, à (re)découvrir les pépites dans votre travail.

Réfléchissez à la manière dont vous allez mettre en évidence les pépites de votre thèse avant l’élaboration de votre plan.

Vous pourrez préparer alors une stratégie de rédaction efficace et convaincante.

Une stratégie de rédaction qui mettra en valeur ces pépites.

Plus : en valorisant d’emblée en évidence ce qui fait l’originalité de votre travail, vous mettez l’accent sur ce qui, dans votre thèse, est votre travail.

Donc, commencez par mettre des mots sur ce qui fait la valeur de votre travail!

Pour conclure

Votre thèse couronne des années de recherche.

Celle-ci mérite d’être mise en valeur.

Vous exercer à souligner ce qui est important, original, novateur dans votre travail, apprendre à vous positionner clairement dans votre communauté : c’est recommandé pour votre thèse.

Mais c’est aussi, en apprenant à valoriser votre travail, un apprentissage formateur pour l’après-thèse : car alors il vous faudra savoir valoriser votre travail face à votre interlocuteur.

Alors, pourquoi ne pas commencer tout de suite?

  • 14/02/2021

Leave a Reply 34 comments