chronophage vs rédaction de thèse

Les chronophages sont toutes ces activités inutiles qui rongent votre temps – souvent à votre insu. Or rédiger sa thèse exige une bonne gestion de temps – et d’abord une élimination des chronophages. Apprenez à les traquer pour libérer du temps!

Sus aux chronophages : libérez du temps pour votre thèse!

Une journée type de Gertrude, doctorante

La journée de Gertrude est une chaîne de chronophages.

Gertrude, doctorante en 5ème année, veut rédiger sa thèse cette année. Plus : elle veut la terminer avant Noël.

Comme tous les matins, elle arrive au bureau à 8h30. Elle commence par se faire un café, puis allume son ordinateur.

Tout d’abord, elle va consulter son compte Facebook – c‘est une manière agréable de débuter la journée. Vers 9h30, elle consulte ses messages. Elle répond aux courriels les plus urgents, surfe un peu sur Internet.

Vers 10h30, fatiguée, elle a besoin d’un café. Devant le distributeur, elle rencontre Gédéon. Ils se mettent à discuter, de tout et de rien. De leurs thèses, aussi.

Lorsqu’elle consulte sa montre, Gertrude voit qu’il est midi, l’heure de déjeuner.

Vers 13h, de retour au bureau, Gertrude décide de se mettre au travail et d’aborder la rédaction de sa thèse.

Mais un courriel urgent d’Adalphonse lui demande de l’aide pour son article. Incapable de dire non, Gertrude commence à lire l’article; elle le corrige, entame des recherches sur Internet pour compléter les arguments de son ami…

A 18h30, elle a fini.

Il est trop tard pour commencer à rédiger le chapitre qu’elle essaie d’écrire depuis le début du mois. Soudain, Gertrude se sent fourbue en constatant que la rédaction de sa thèse n’a pas avancé d’un pouce depuis deux mois.

Elle rentre chez elle, animée de sentiments coupables, son estime de soi au plus bas.

Gertrude va se couler un bain chaud et regarder un film.

Demain, tout ira mieux.

Il y a quatre manières de perdre son temps : ne rien faire, ne point faire ce qu’on doit, le mal faire, le faire à contre-temps.

Voltaire

Quels sont les chronophages qui vous empêchent de rédiger votre thèse?

Afin de ne pas vous laisser emporter par des tâches secondaires voire inutiles, il est important de savoir reconnaître vos chronophages – ces éléments qui grignotent votre temps, souvent à votre insu – et, à terme, sapent votre confiance en vous-même.

Pour pouvoir gérer efficacement votre temps, il faut d’abord identifier ces voleurs de temps.

On considère deux types de chronophages : les chronophages internes, dont chacun est responsable, en raison de sa personnalité, de ses habitudes, de ses prédispositions; et les les chronophages externes, dus à des facteurs ou des personnes externes.

Quelques chronophages internes

Voici une liste d’exemple, non exhaustive…

  • nomophobie
  • consommation incontrôlée de réseaux sociaux
  • surfer sur Internet sans but aucun
  • mauvaise vue d’ensemble sur le travail à faire
  • mauvaise gestion des messages
  • système de rangement inefficace qui oblige à chercher longtemps
  • incapacité à dire non – ce sont les autres qui dictent le tempo
  • indécision – on stagne, sans savoir vers où aller
  • manque de priorités : on se perd souvent dans le secondaire
  • perfectionnisme : on piétine au lieu d’avancer
  • désir d’exhaustivité – une forme de perfectionnisme
  • ignorance de son horloge biologique – on ne profite pas des moments où on est particulièrement concentré
  • manque de méthodologie

Quelques chronophages externes

Voici une liste d’exemple, non exhaustive…

  • déplacements 
  • matériel non performant
  • consignes confuses
  • perturbations (par exemple : collègues, téléphone, courriels)
  • temps d’attente
  • réunions trop nombreuses ou inutiles
  • interlocuteurs trop bavards
  • trop de projets simultanément
  • informations confuses
  • problèmes informatiques
  • manque de coordination
  • directives peu claires
  • communication excessive ou lacunaire…

Passez à l’action : libérez du temps pour votre thèse

Libérez du temps pour votre thèse en éradiquant vos chronophages.

Attention : n’essayez pas de les supprimer tous en une fois, c’est le meilleur moyen pour n’en supprimer aucun.

En effet, beaucoup de ces chronophages sont des habitudes, et remplacer une vielle habitude par une nouvelle requiert de l’entraînement.

Donc commencez petit : donnez-vous pour objectif d’éliminer trois chronophages maximum.

Une fois que vous les aurez éliminés, et alors seulement, passez aux trois suivants, et ainsi de suite.

Comment procéder pour combattre des chronophages?

  1. Commencez par faire la liste de tous les chronophages qui vous empêchent de travailler.
  2. Puis décidez de ceux que vous voulez combattre en premier lieu.
  3. Choisissez-en trois – les plus faciles à combattre.
  4. Demandez-vous d’abord, pour chacun, d’abord, si vous pouvez le supprimer. Si la réponse est oui, alors réfléchissez à la manière dont vous allez vous y prendre.
  5. Et puis donnez-vous une date butoir : quand allez-vous vous y attaquer?

Vous pouvez, pour ce faire, vous servir du tableau suivant :

Eliminez vos chronophages
Complétez ce tableau pour combattre vos chronophages – 3 à la fois maximum

Si vous n’y parvenez pas immédiatement, ne vous auto-flagellez pas, ne vous découragez pas non plus : vous fonctionnez d’une certaine manière depuis des années, vous ne pouvez pas vous changer en un clin d’œil.

Mais vous pouvez y travailler.

Chaque victoire est un pas qui vous rapproche du but!

Pour combattre vos chronophages efficacement, l’union fait la force

Il est plus aisé, car plus stimulant, de mener ce combat à plusieurs.

Proposez à une collègue qui voudrait, elle aussi, supprimer quelques chronophages, de créer un binôme d’entraide.

En effet, rendre publics vos objectifs vous aidera à les tenir : présentez vos trois chronophages à votre partenaire, la stratégie que vous voulez adopter pour l’éradiquer et la date à laquelle vous voulez commencer la bataille.

A vous de décider de la fréquence à laquelle vous voulez communiquer pour faire le point: une fois par jour? Deux fois par semaine? Une fois par semaine?

Si vos partenaire est sur le même lieu que vous, un bilan quotidien, au moins au début, est conseillé : les chronophages sont souvent des habitudes installées depuis longtemps – or, se défaire d’une mauvaise habitude requiert du temps.

Si la coopération en binôme ne suffit pas, réfléchissez ensemble à ce qui pourrait vous stimuler : pour certaines personnes, une récompense motive davantage.

Pour d’autres au contraire, c’est une punition qui motive – par exemple une amende à payer chaque semaine en cas d’échec est un excellent moteur. 

Cette amende peut être versée dans une cagnotte commune – à vous de déterminer ce que vous en ferez.

Pour conclure

Quelle que soit la stratégie que vous adopterez, armez-vous de patience.

Surtout ne tentez pas de combattre tous vos chronophages en même temps : c’est le meilleur moyen pour n’en vaincre aucun.

Je vous souhaite un bon succès!

P.S. Vous vous préparez à rédiger votre thèse? Gagnez du temps en rejoignant ma formation Réussissez votre thèse : du chaos des idées au texte structuré!

  • 16/01/2021

Leave a Reply 1 comment