L’autoflagellation : votre thèse en profite-t-elle vraiment?

Vous auto-flagellez-vous à longueur de temps? Si oui, il faut agir urgemment. Car pour réussir votre thèse, vous avez d’avoir confiance en vous. Cet article vous propose des pistes.

Des phrases telles que tu es trop nul, tu rates toujours tout, tu ne vas jamais y arriver : le genre de phrases qu’on ne dit à personne d’autre qu’à soi avec une telle violence, avec une telle intensité.

Du reste, si quelqu’un d’autre vous les disait, au rythme auquel vous vous les dites, il y a fort à parier que vous exploseriez rapidement.

Or ces phrases ne sont pas anodines.

Peu à peu, elles sapent votre énergie.

Elles rognent votre confiance en vous-même.

Elles vous minent.

Transformez vos phrases défaitistes en phrases constructives

Si vous êtes dans une phase où vous vous lancez sans cesse ce genre de phrases négatives, voici une technique pour les transformer en phrases constructives :

  • Divisez une feuille en trois colonnes
  • Notez toutes les phrases négatives que vous vous dites à longueur de journée dans la colonne de gauche.
  • En face de chacune, dans la deuxième colonne, écrivez une phrase positive (par exemple en face de : je suis nulle, je ne réussirai jamais cet examen écrivez par exemple  j’ai déjà réussi  des examens plus difficiles, je vais y arriver cette fois aussi. Faites bien attention à vous exprimer à la première personne et à n’écrire que des choses vraies. Sinon, l’effet de ces phrases sera nul.
  • Dans la troisième colonne, notez des exemples de situations dans votre vie où la phrase de la deuxième colonne s’est vérifiée – par exemple, pour la phrase précédente, je vais noter un ou plusieurs examens difficiles que j’ai réussis, avec autant de détails que possible : la date, le lieu, la note, comment je me suis sentie l’examen terminé.
  • Cette troisième colonne est importante : elle vous permet de vous relier à votre expérience, à trouver dans votre biographie des moments où vous avez surmonté des obstacles qui vous font peur maintenant. Ce faisant, vous retrouverez le courage que vous aviez eu cette fois-là.
  • Gardez cette liste sous les yeux de manière à vous imprégner de ces phrases positives et du souvenir de vos victoires passées.

Si vous aimez les jeux de cartes

Vous pouvez même aller plus loin et ajouter une quatrième étape – celle ci s’inspire du livre de Michèle Freud, Sophrologie, réconcilier l’âme et le corps.

Il s’agit de noter vos pensées positives sur une carte.

Ce type de cartes est très en vogue actuellement – si vous les fabriquez vous-même, elles seront beaucoup plus puissantes.

Vous avez besoin de plusieurs cartes.

Pour chaque phrase positive (colonne du milieu), prenez une carte et notez cette phrase.

Au verso, la phrase correspondante de la troisième colonne.

Gardez ces cartes dans une pochette.

Chaque jour, tirez une carte et imprégnez-vous du message qu’elle vous transmet.

Pour réussir votre thèse, vous avez besoin d’alliés.

Et votre tout premier allié, c’est vous.

Alors comportez-vous avec vous-même comme on se comporte avec un allié : avec bienveillance.


P.S. : Connaissez-vous ma formation en ligne pour vous aider à rédiger votre thèse?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *